L’église

Paroisse orthodoxe roumaine de Strasbourg

14, rue Sainte-Elisabeth – 67200 STRASBOURG

Statut canonique : PATRIARCAT DE ROUMANIE, MÉTROPOLE ORTHODOXE ROUMAINE D’EUROPE OCCIDENTALE ET MÉRIDIONALE

Plan

Agrandir le plan

L’église de ″Marie-Réparatrice″

                  A partir du 10 décembre 2006, la Paroisse orthodoxe roumaine de Strasbourg utilise pour ses célébrations liturgiques et pour son activité pastorale, culturelle et didactique une très belle église, située non loin du centre-ville, que les habitants connaissent sous le nom de la ″chapelle des Sœurs de Marie-Réparatrice″. En effet, l’édifice a servi pendant un siècle et demi d’église de congrégation pour être ensuite mis à la disposition de la Communauté roumaine.

*

            La congrégation de ″Marie-Réparatrice″ a été fondée en 1857 par la baronne belge Emilie de Hooghvorst (1818-1878), descendante de l’illustre famille des comtes d’Oultremont. Restée veuve en 1847, avec quatre enfants – elle n’avait que 28 ans ! – Emilie décide de consacrer sa vie à Dieu et se donne pour mission de fonder une famille religieuse sous la protection de la Sainte-Mère de Dieu ″Réparatrice de l’être humain abîmé par le péché ». Elle en a parlé à plusieurs prélats, mais celui qui lui a accordé aide et protection a été l’évêque André Raess de Strasbourg. Au terme d’une période de noviciat passée dans la Capitale alsacienne, où elle s’est installée avec ses enfants, Emilie a reçu l’habit monastique de la part du même évêque, le 1er mai 1857. L’année suivante, le 2 mai 1858, Mgr Raess présidait également la cérémonie de ses vœux. A leur tour, deux des filles d’Emilie deviendront moniales et membres de la congrégation. Une fois parcourues les étapes indispensables dans l’évolution d’une moniale catholique, la préoccupation essentielle d’Emilie de Hooghvorst – devenue Mère Marie-de-Jésus – a été celle de construire une église pour la congrégation qu’elle venait de fonder. Au terme de quelques années d’efforts considérables, la très belle église de ″Marie-Réparatrice″ sera terminée et consacrée le 8 décembre 1862. Bientôt, Mère Marie fondera une filiale à Rome et bénéficiera d’une protection particulière de la part du Saint-Siège, ce qui aura pour conséquence la multiplication des filiales. Deux décennies plus tard, on en comptera plusieurs centaines de par le monde.

*

            L’église de Strasbourg a été construite sur un terrain donné à l’Eglise catholique par la reine Elisabeth de Hongrie (1207 – 1231), lors d’un pèlerinage en Alsace, au monastère de Sainte-Odile, en 1226. C’est pour cette raison que la rue porte jusqu’à aujourd’hui le nom de cette malheureuse reine au destin si tragique, qui sera canonisée peu de temps après sa mort.

            L’édifice est de style gothique, en forme de croix – rappelant singulièrement le style byzantin des églises tréflées – il mesure 27 mètres de longueur, 8,5 mètres de largeur et 15 mètres de hauteur. Pendant la Deuxième guerre mondiale, le bâtiment a été avarié par les bombardements, mais réparé dans les années suivantes. Il dispose de vitraux d’une grande beauté et d’un orgue Silbermann (inutilisable depuis de nombreuses années). L’acoustique en est excellente et, malgré ses dimensions moyennes et l’accès relativement difficile, des concerts spirituels publics y ont lieu régulièrement.

            Vers la fin du 20e siècle, les sœurs de la congrégation de Strasbourg ont aménagé une chapelle à l’entrée et ont abandonné temporairement l’utilisation de l’église. Avec les salles annexes, elle a été pendant un certain temps mise à la disposition de l’Association des étudiants en Médecine et ensuite, en 2006, avec l’accord de l’Archevêché de Strasbourg, à celle de la Communauté roumaine, qui cherchait depuis longtemps un lieu de culte approprié.

            Après avoir entrepris des travaux de mise en conformité, installé un système de chauffage efficace et réhabilité les salles, la paroisse roumaine a obtenu de la part des sœurs l’autorisation d’y construire une iconostase et de doter l’église de tout l’inventaire orthodoxe nécessaire.

            Le 11 avril 2011, l’iconostase et les salles ont été bénies par Sa Béatitude le Patriarche Daniel de Roumanie, entouré du Métropolite Joseph Pop de l’Europe Occidentale et Méridionale, de l’Archevêque Casien de Dunărea de Jos et d’autres évêques, prêtres et diacres.

            Outre les célébrations habituelles (vendredis, samedis, dimanches et grandes fêtes), la paroisse orthodoxe roumaine de Strasbourg organise ici des activités culturelles (conférences, expositions, concerts, tables rondes, rencontres œcuméniques etc.) et a ouvert une école paroissiale pour la catéchèse des enfants et l’apprentissage du roumain. Elle soutient également l’Association des étudiants roumains de Strasbourg et collabore avec toutes les paroisses orthodoxes de la région.

 

Eglise de Marie RéparatriceBiserica(1 noiembrie 2006)